Qualité de l’air intérieur : que fait la France et qu’en est-il à l’étranger ?

L’ADEME a publié en septembre 2017  une étude dans laquelle elle compare les politiques publiques menées dans 24 pays en vue d’améliorer la qualité de l’air intérieur (QAI) des bâtiments. De fait, en 2014, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) évaluait à 8 millions le nombre de décès prématurés par an, causés par une mauvaise qualité de l’air. La moitié était directement attribuée à la qualité de l’air intérieur.

 

L’étude a permis de recenser 265 programmes et dispositifs visant à l’amélioration de la QAI, à l’échelle internationale. La grande majorité porte sur la sensibilisation et l’information (82 dispositifs), 41 sur la rénovation et la construction des bâtiments, 22 sont liés à la formation dans le secteur du bâtiment et auprès des acteurs relais.

L’étude de l’ADEME révèle également que « la France figure parmi les pays leaders en matière d’actions pour l’amélioration de la QAI ». Cette position est affirmée par la mise en place du Plan National Santé Environnement III 2015-2019, qui souligne « une volonté forte de capitalisation de la connaissance acquise, et de poursuites réglementaires, incitatives ou de communication. »

 

Différents dispositifs sont identifiés, qui pourraient être transférés et adaptés au contexte français. L’étude cite ainsi la mesure obligatoire de la QAI à réception des immeubles neufs comportant plus de 100 logements (pratiquée en Corée du Sud) ou le contrôle régulier et obligatoire des systèmes de ventilation tout au long de la vie de certains bâtiments (comme les écoles, les crèches, les hôpitaux, etc.). Pour retrouver cette initiative (venue de Suède) et bien d’autres, vous pouvez consulter l’étude de l’ADEME accessible ici

 

Des produits de ventilation qui garantissent la qualité de l’air intérieur

Atlantic propose plusieurs produits de ventilation qui participent à la qualité de l’air à intérieur des bâtiments :

  • Duotech est une centrale double flux équipée d’échangeurs à contre-courant ; ceux-ci assurent l’étanchéité complète entre l’air extrait et l’air soufflé au sein du bâtiment.
  • Rotatech est une centrale double flux dotée d’un échangeur rotatif. Son important débit maximal (20.000 m³ / heure) lui permet de répondre aux besoins de ventilation des bâtiments de bureaux et industriels.
  • Nova HR est une centrale double flux haut rendement décentralisée, elle assure la ventilation des locaux tertiaires pièce par pièce. Son absence de réseaux de soufflage et de reprise fait de cette technologie une solution particulièrement adaptée à la rénovation.

 

 

Bon à savoir :

Les centrales double flux Duotech et Rotatech sont équipées en série des filtres ISO ePM1 60% (F7) au soufflage et reçoivent en option des filtres ISO ePM1 85% (F9); la centrale Nova HR est dotée du filtre ISO ePM10 60% (M5). Pour que votre matériel tienne toutes ses promesses, il est indispensable d’entretenir régulièrement ses filtres et de les remplacer dès l’apparition de l’alerte d’encrassement de filtre.