Adieu R410A, bonjour R32

Réduire l’impact de la climatisation sur l’environnement, c’est l’objectif du remplacement du gaz réfrigérant R410A par le R32. Lequel a beaucoup moins d’impact sur le réchauffement climatique et s’avère, en outre, plus efficace. Un changement imposé par la réglementation européenne qui s’opère en douceur, le temps d’adapter matériels et installations.

 

Adaptation des matériels

« Ce qui est intéressant avec cette nouvelle exigence » explique Vincent Loubejac, chef de groupe marketing climatisation chez Atlantic, « c’est que l’arrêt du R410 n’est pas brutal. Nous allons pouvoir adapter les matériels au fur et à mesure ». Sachant tout de même que l’année 2018 représentera une étape importante : « Nous avons commencé à intégrer le R32 aux appareils du secteur résidentiel à fort volume et nous continuerons en 2019 avec les autres gammes ». Et tout aussi intéressant : « Ce fluide présente de meilleures propriétés thermodynamiques, qu’il s’agisse du Seer (coefficient d’efficacité frigorifique énergétique) et du Scop (coefficient de performance saisonnier en mode chaud). Avec, pour conséquence l’augmentation de la performance des machines », précise Vincent Loubejac.

 

Analyse de risque

Seule petite ombre au tableau, « le R32 est un fluide légèrement inflammable à un certain niveau de concentration », prévient Vincent Loubejac. Cela ne pose pas de souci dans le secteur résidentiel à la condition bien sûr – mais c’est déjà le cas – que les installations soient parfaitement étanches. En revanche, pour les ERP, il faudra que les industriels et installateurs se conforment à la réglementation en vigueur dans ce domaine : « Pour le moment, le R32 y est interdit. A priori son intégration aux installations ne pose pas de problème, y compris sur le plan de la sécurité incendie. Mais il y a une analyse de risque qui doit être menée sur le sujet. Les règles seront ensuite fixées par les ministères concernés ».

 

 

En attendant, le gaz réfrigérant R410 restera disponible pour les opérations de maintenance, le temps de changer les unités pour basculer avec des matériels qui intègrent le R32. « Sachant que si le réseau frigorifique est en bon état, il peut être conservé ». Et du côté des installateurs ? Ces derniers devront s’adapter, notamment en prenant certaines précautions. En plus des interventions usuelles, ils devront, par exemple, éviter toute exposition avec une source de chaleur incandescente, stocker le fluide à l’abri du rayonnement solaire ou encore s’assurer que le local sur lequel on intervient est bien ventilé. Ils devront également investir dans du nouveau matériel davantage approprié. Le R32 requiert en effet des outils tels que manomètre ou encore la station de récupération adaptée aux réfrigérants inflammables. Au-delà de ces précautions, « cela ne devrait pas changer leurs habitudes» conclut Vincent Loubejac.

 

Pour aller plus loin, retrouvez notre article sur la qualité de l’air intérieur dans les écoles