Fluide R32 et réglementation ERP : ce qu’il faut savoir

Dans son article CH35, le règlement de sécurité contre l’incendie relatif aux établissements recevant du public (ERP) réduit les possibilités d’utilisation du fluide R32. Il est, en effet, légèrement inflammable. Le point sur un sujet clé.

Il y a parfois des contradictions ou, en tout cas, des télescopages malheureux entre deux réglementations. Notamment entre le règlement de sécurité contre l’incendie relatif aux établissements recevant du public (ERP) et l’usage du fluide R32. En effet, l’article CH35 dudit règlement restreint ou interdit l’usage des fluides inflammables dans les pompes à chaleur et la climatisation. Or, le R32, fluide au potentiel de réchauffement climatique (GWP) trois fois inférieur au R410A, bien que très intéressant du point de vue environnemental, est classé comme légèrement inflammable. Et ce, depuis la modification de la norme Iso 817:2014 de classement des fluides qui a introduit la catégorie A2L : faible toxicité (A), légère inflammabilité (2L). Le R32 appartient donc à cette classe A2L comme les HFO-1234yz et HFO-1234ze, tandis que le R410A relève de la classe A1 (faible toxicité, ininflammable).

Cercle de sécurité

Des discussions pour réviser cet article ont été amorcées entre le ministère de l’Intérieur, de l’Ecologie et les industriels, mais n’ont pas abouti. Aucun compromis n’ayant été trouvé, le cabinet du Premier ministre a pris la décision d’appliquer les dispositions de l’article CH35, c’est à dire d’introduire des distances de sécurité autour des raccords démontables des unités. Résultat : le fluide R32, bien que plus vertueux en termes d’émissions de gaz à effet de serre, sera difficile à utiliser dans les ERP de classe 1 à 4. Car le texte introduit une notion de rayon de sécurité, cercle virtuel, autour du raccord de l’unité intérieure. Dans ledit cercle, il n’est pas possible de placer une source susceptible d’allumer un nuage inflammable. Le rayon du cercle est en fonction du diamètre de la tuyauterie liquide, soit 1 à 4 mètres pour un fluide A2L ou A2.  D’autres contraintes telles que  la détection des fuites, des ventilations additionnelles et des isolations supérieures au niveau des unités intérieures sont introduites.

Fluides HFC, quel avenir ?

Si l’utilisation de ces fluides n’est pas remise en cause, il y a désormais des contraintes. C’est ce que rappellent les membres d’Uniclima dans un livret intitulé Fluides HFC, quel avenir avec F-Gas ? Téléchargeable sur le site internet de l’organisation, cet ouvrage collectif, dédié à tous les professionnels du froid, de la climatisation et de la pompe à chaleur, rappelle notamment qu’en matière de règlementation, la réalité des textes et des chiffres est parfois éloignée de certaines annonces. Ainsi aujourd’hui, le règlement F-Gas n’interdit pas l’utilisation des fluides HFC (Hydro Fluoro Carbones, tels que le R410 A ou le R404A) pour les nouvelles installations. Il est donc possible de les utiliser et ce, jusqu’au réexamen de F-Gas prévu en 2022.