Régulation et gestion technique du bâtiment : bilan 2018 et perspectives 2019

L’ACR, le Syndicat des Automatismes du génie Climatique et de la Régulation pour l’Efficacité Energétique des Bâtiments, a livré le 27 mars 2019 un point complet sur l’évaluation du marché de la régulation et de la GTB en 2018 ainsi que les perspectives du marché en 2019. Décryptage.

La GTB, un indispensable pour un fonctionnement optimisé

La Gestion Technique du Bâtiment (GTB) permet de suivre et piloter les principales fonctionnalités d’un site : chauffage, climatisation, ventilation, eau chaude sanitaire. Elle est de ce fait un outil précieux pour assurer la surveillance et la maintenance d’un bâtiment, mais également collecter des informations sur la consommation et ainsi améliorer l’efficacité énergétique.

Résultats 2018 pour le secteur de la ventilation et climatisation

Selon l’analyse livrée le 27 mars dernier par l’ACR, il ressort un intérêt croissant pour ces techniques de contrôle. En 2018, le marché de la régulation a représenté 197,8 millions d’euros, soit une hausse de 1% par rapport à 2017.  Quant au marché de la Gestion Technique du Bâtiment, il a gagné 3% l’an dernier, atteignant 75,4 millions d’euros.

Dans le domaine de la climatisation et ventilation, les régulateurs communicants pour terminaux ont progressé de 20%. L’ACR souligne un intérêt global pour les solutions « intelligentes », considérées à juste titre comme des moyens efficaces pour améliorer les performances énergétiques des bâtiments.

Une croissance attendue pour 2019

Selon l’ACR, la GTB et la régulation devraient poursuivre leur développement en 2019, portées par une attention croissante à la gestion énergétique. L’anticipation de la prochaine réglementation environnementale des bâtiments, la RE2020, pourra favoriser ce déploiement. Selon le ministre de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, la publication de cette nouvelle règlementation devrait avoir lieu en février prochain.

La finalisation attendue du fameux « décret tertiaire », qui imposera des économies d’énergie aux bâtiments du secteur tertiaire, contribuera également, fortement, à la mise en place de dispositifs de contrôle afin d’optimiser la consommation énergétique liée à la climatisation, à la ventilation ou encore au chauffage.

Noëlle Hermal © AdC