F-Gas : la filière se transforme et se surpasse

Le 1er janvier 2015 entrait en vigueur la réglementation européenne F-Gas, qui fait partie de l’arsenal réglementaire européen pour atteindre la réduction de 20 % des émissions de CO² à l’horizon 2020. Pour cela, la réglementation prévoit différents paliers, dont un qui a déjà été dépassé par la filière, celui de baisse de mise sur le marché de certains fluides HFC.

Le contexte réglementaire

L’Union Européenne agit activement pour diminuer l’impact environnemental des pays membres, notamment via la réglementation F-Gas II. Entrée en vigueur le 1er janvier 2015, elle touche directement la filière des acteurs du froid. F-Gas prévoit les objectifs à atteindre pour 2030 : une diminution par 5 des HFC, passant de 100% en 2015 à 21% en 2030. La feuille de route fixe ainsi l’interdiction progressive des fluides HFC à fort PRG (Potentiel de Réchauffement Global). Cette réglementation encadre les fluides en fonction de leur classification PRG, mais aussi de leur destination (commerciale ou domestique). F-Gas entre donc dans le cadre de la règle 20/20/20, établie par le « Paquet-Energie-Climat » en 2009. Concrètement, cela signifie que d’ici 2020, les pays membres doivent augmenter de 20 % le recours aux énergies renouvelables, diminuer de 20 % la consommation d’énergie primaire et baisser de 20 % les émissions de CO2.

L’objectif dépassé

C’est la commission des fluides du Snefcca (Syndicat National des Entreprises du Froid et du Conditionnement de l’Air) qui annonce que le secteur a déjà dépassé l’objectif 2018. Il s’agissait en effet de réduire de 37 %, en tonnes équivalent CO2, la mise sur le marché des HFC. Or, le secteur du froid en France a déjà réduit de 45 % ces mises sur le marché en 2018. Pour atteindre ces bons résultats, la filière s’est organisée et formée. Des mesures ont ainsi été mises en place. Le remplacement des systèmes utilisant des fluides HFC à fort PRG a tout d’abord été prévu. Le recours à un système efficace de récupération (emballage de récupération) a aussi été instauré pour les professionnels du secteur.  Grâce à cela, les frigoristes effectuent les substitutions sans rejet atmosphérique. Les fluides usagés peuvent de ce fait être récupérés – une solution pour laquelle la France est d’ailleurs pionnière, selon l’ADC3R. Pour une application efficace de ces mesures, il était nécessaire que les professionnels soient sensibilisés et formés à ces nouvelles pratiques et techniques. Là encore, la filière s’est donc mobilisée pour répondre aux exigences réglementaires et environnementales.

En savoir plus :

www.snefcca.com
https://adc3r.com/fr

© AdC – L’Agence de Contenu