Maintenance du réseau de traitement d’air : quand remplacer les filtres ?

Indispensable pour assurer le bien-être des occupants dans un bâtiment, la Centrale de Traitement d’Air nécessite une maintenance régulière pour garantir un fonctionnement optimal. Le remplacement des filtres est l’un des points à surveiller. Laurent Grimaud, Directeur Général d’Eolya, spécialisé dans l’exploitation et la maintenance climatique, nous livre ses conseils.

A quelle fréquence doit-on remplacer les filtres dans un système de traitement d’air ?

Cela dépend de différents paramètres. Le rythme varie selon la nature des locaux et ne sera pas le même, par exemple, dans un bloc opératoire, dans des bureaux ou des logements. Le niveau de pollution extérieure joue aussi sur le remplacement des filtres.  Il sera nécessaire de les renouveler plus fréquemment en ville qu’à la campagne. Ce qui se fait classiquement est de changer les pré-filtres quatre fois par an environ, lorsqu’ils sont de basse efficacité. Quant aux filtres, s’ils sont de haute efficacité – de type F7 à F9 – on les remplacera une fois par an environ, pour une application en bâtiment tertiaire. Naturellement, dans les salles d’opération et les locaux en atmosphère contrôlée, les filtres seront spécifiques (à très haute efficacité). On effectuera en complément des analyses bactériologiques et le suivi sera renforcé.

Comment se déroule le remplacement des filtres dans une centrale classique ?

Généralement, les filtres sont intégrés et inclus financièrement dans les contrats de maintenance des Centrales de Traitement d’Air, comme des consommables. Les professionnels qui interviennent font une estimation de périodicité selon les locaux et l’environnement. En moyenne, on prévoit un budget de 200€ à 400€ de filtres par an pour un local tertiaire de taille moyenne (Centrale de Traitement d’Air de 5 000 à 10000 m3/h).

Laurent Grimaud, directeur général d’Eolya

Quelle est la durée de l’intervention ?

Si les locaux techniques sont bien aménagés, avec une bonne accessibilité, il faut compter environ deux heures pour une CTA de 5 000 à 10 000 m3/h. On retire les filtres anciens, on vérifie l’étanchéité… Cela s’effectue assez rapidement. En revanche, l’intervention sera plus longue s’il est nécessaire de monter sur le toit ou si l’accessibilité est moins bonne.

La qualité de l’air intérieur est l’objet d’un suivi plus exigeant : quelles seront les prochaines évolutions ?

Dans les crèches et les écoles, on surveille désormais le niveau de Qualité d’Air Intérieur et cela va évoluer dans les autres bâtiments également. On s’orientera, de plus en plus, vers des normes plus exigeantes avec des contrôles accrus. Dès lors que l’installation est instrumentée, on ne se contentera pas d’intervenir sur les filtres uniquement en cas de perte de charge. On les changera aussi selon les retours de Qualité d’Air Intérieur des capteurs in situ in vivo, qui sont liés à l’occupation des locaux.

© AdC – L’Agence de Contenu