Nouveau « Coup de pouce » pour les rénovations globales

Le dispositif des Certificats d’Economies d’Energie (CEE) permet aux entreprises et particuliers de réaliser des opérations de rénovation énergétique et thermique. Après un « Coup de pouce Chauffage des bâtiments tertiaires » au printemps, un nouveau « Coup de pouce » pour les rénovations globales est instauré en cette fin d’année.

Les CEE ont été mis en place en 2006 afin de promouvoir l’efficacité énergétique. Depuis, plusieurs « Coups de pouce » ont été créé dans le cadre de ce dispositif afin d’inciter les particuliers mais également les entreprises à engager des opérations d’amélioration énergétique. Depuis le 20 mai dernier, un « Coup de pouce Chauffage des bâtiments tertiaires » est appliqué. Son objectif ? Inciter les gestionnaires ou propriétaires de bâtiments tertiaires à remplacer leurs équipements de confort thermique par des solutions recourant à des énergies non fossiles. A la rentrée, un nouveau dispositif a été annoncé : le « Coup de pouce Rénovation performante de bâtiment résidentiel collectif ». Le 8 octobre, la publication de l’arrêté au Journal Officiel a entériné cette aide.

CEE et « Coup de pouce rénovations globales »

Ce nouveau « Coup de pouce », « en cohésion avec les annonces faites dans le cadre de France Relance », selon le ministère de la transition écologique, est financé par les Certificats d’économies d’énergie. Il concerne les logements collectifs et individuels et a pour objectif d’encourager les travaux permettant une rénovation globale et performante des bâtiments. De fait, ce type d’opération d’envergure permet « de diviser par plus de deux la consommation énergétique », elle s’avère donc plus pertinente que les travaux ciblés.

Pour accéder à cette bonification financière, les travaux devront être engagés d’ici au 31 décembre 2021 et s’achever le 31 décembre 2024 au plus tard. Un objectif chiffré est également posé puisque les opérations menées dans les bâtiments collectifs devront permettre d’atteindre au minimum 35% d’économies d’énergie. Un audit énergétique doit être réalisé au préalable, validé par un « bureau de contrôle indépendant ».

CEE : un dispositif à exploiter

Si les aides financières sont largement médiatisées auprès des particuliers, elles restent moins connues des professionnels. Selon le ministère de la transition écologique, entre le 1er janvier 2018 et le 30 septembre 2020, les CEE délivrés pour des « opérations standardisées et spécifiques » ont concerné les bâtiments tertiaires à hauteur de 6,3%, les bâtiments industriels à hauteur de 17,8%. Le bâtiment résidentiel domine avec 20,9% des opérations.

© AdC – L’Agence de Contenu