Un nouveau label BBC Rénovation en septembre

Dédié aux projets de rénovation énergétique des logements privés et bâtiments tertiaires, Effinergie lance son nouveau label BBC (bâtiment basse consommation) en ce mois de septembre 2021. Avec de nouvelles ambitions au niveau des émissions carbone et du confort d’été, ce label Rénovation intègre aussi l’obligation d’un contrôle des systèmes de ventilation ainsi qu’une mesure de perméabilité à l’air des réseaux aérauliques. Retour en détail sur ces évolutions.

Pour rappel, le collectif Effinergie a été créé en 2006 après l’entrée en vigueur de la RT2005 et de ses premiers retours. Avec pour objectif de promouvoir les rénovations et constructions de bâtiments basse consommation, son premier label, lancé en 2007, a servi de base à la RT2012.

En 2021, le collectif Effinergie propose une évolution de son label publié dans l’arrêté du 29 septembre 2009 avec de nouvelles exigences qui semblent « fortes » mais atteignables.

Les grands thèmes du Label Effinergie Rénovation

Pour mener à bien des projets de rénovation performants et pérennes, les évolutions du label Effinergie tournent autour de 8 grandes thématiques de sobriété énergétique. Le label inclut notamment une prise en considération des conditions météorologiques et de l’altitude des sites (afin de garantir des objectifs « accessibles ») et fixe des seuils pour les émissions de gaz à effet de serre et la qualité de l’enveloppe du bâtiment. Les autres thèmes traitent des facteurs solaires des baies pour le confort d’été (qui se rapprochent du neuf), un contrôle de la ventilation et la mesure de la perméabilité à l’air pour les réseaux de classe A. Enfin, des recommandations pour la protection de la biodiversité des sites et le développement de l’écomobilité seront également intégrées dans les textes à des fins pédagogiques.

Label Effinergie Rénovation, ce qui ne change pas…

Certains objectifs sont amenés à évoluer d’autres pas. C’est le cas notamment du seuil de consommation d’énergie primaire qui reste à 80 kilowattheures par m2 et par an pour le résidentiel et qui doit se situer en dessous des 40% de la consommation de référence pour le tertiaire.

Il en va de même pour les coefficients de transformation en énergie primaire qui restent à 0,6 pour les consommations de bois, 2,58 pour les consommations et productions d’électricité et enfin 1 pour les autres types de consommations.

Ces valeurs pourront être modifiées dans un nouvel arrêté prévu courant 2022, avec la sortie d’un label « premium » qui comportera de nouvelles exigences concernant le coefficient électricité. Il pourrait en effet suivre les évolutions du nouveau DPE et de la RE2020 et passer de 2,58 à 2,3. A confirmer.

Label Effinergie Rénovation, ce qui va changer…

S’alignant avec les objectifs gouvernementaux pour répondre à la problématique « bas-carbone », ce nouveau label va imposer des seuils d’émissions liées à l’énergie consommée sur place. Ils devront être inférieurs à 20 kgeqCO2/m².an pour le résidentiel et à 10 kgeqCO2/m².an pour le tertiaire.

Même si, en rénovation, il est difficile d’atteindre les performances des bâtiments neufs, une attention est portée aux questions de l’étanchéité à l’air des bâtiments. Ainsi, hors plancher bas, les 3 seuils suivants sont prévus dans le nouveau label Effinergie : un Q4Pa-surf ≤ 1,2 m³/h.m² pour les maisons individuelles et habitats collectifs en rénovation complète (ou  ≤ 1,7 m³/h.m² pour la rénovation du seul clos-couvert des copropriétés),  et ≤ 1,5 m³/h.m² pour les bâtiments tertiaires de moins de 5 000 m².

Focus sur la ventilation

Visant à protéger la santé des habitants ainsi que le bâtiment lui-même, le label renforcera aussi ses exigences relatives à la ventilation. Des contrôles de pré-inspection, de vérification et de mesures seront donc menés aux bouches afin d’atteindre la classe A. Suivant les protocoles Effinergie pour le tertiaire et Promovent pour le résidentiel, tous les systèmes de ventilation sont concernés qu’ils soient naturels, hybrides, simples ou doubles flux. Notez que la qualité de l’air intérieur sera aussi prise en compte. C’est l’indice de confinement, dit « Icone », qui devra être respecté – niveau inférieur ou égal à 2,5.

Ces premières évolutions ne constituent qu’un premier volet de ce nouveau label. D’autres modifications les complèteront en 2022. Outre le changement du coefficient électricité évoqué plus haut, l’ajout d’analyses du cycle de vie pour mesurer les émissions polluantes ou encore l’uniformisation avec les unités de mesure du neuf devraient être intégrés.

© AdC – L’Agence de Contenu