Baisse de la consommation d’HFC : la filière climatisation sur la bonne voie !

Le dernier rapport de l’Agence européenne pour l’environnement montre que les efforts des industriels pour limiter l’utilisation de gaz fluoré à effet de serre ont porté. Aujourd’hui, le gaz R32 est la norme en attendant un renforcement de la réglementation en 2025.

Les conclusions du dernier rapport de l’Agence européenne pour l’environnement, publié en décembre 2021 sur la consommation d’HFC en Europe, sont, de l’avis de nombreux experts, plutôt positives. Et ce, malgré une légère hausse des consommations en gaz fluoré à effet de serre en 2020, après une baisse continue de 2015 à 2019. « Cette augmentation », explique Vincent Loubéjac, chef de groupe Climatisation chez Atlantic Climatisation et Ventilation, « est à mettre en rapport avec l’augmentation des marchés des PAC air/air et air/eau. » En effet, ces systèmes en fort développement ont besoin de ces gaz pour fonctionner, donc mécaniquement s’il y a augmentation de la demande, il y a augmentation de consommations de gaz.

Les industriels se mobilisent, Atlantic en tête

Ces conclusions sont également positives car, dans le même temps, le rapport montre la contribution de l’Union européenne à la réduction des HFC à l’échelle mondiale. Ainsi en 2020, la mise sur le marché d’hydrofluorocarbures était inférieure de 4% à la limite globale fixée par le système de quotas (2% en 2019), et ce alors même que la demande est plus élevée. Cela démontre que les industriels du secteur ont adapté leurs produits avec des gaz alternatifs, comme le R32, ayant un potentiel de réchauffement global (PRP) plus faible. Ce que confirme Vincent Loubéjac : « Nous avons remplacé, pour la quasi-intégralité de notre gamme (95 %), le gaz réfrigérant R410A par le R32 moins impactant. Nous ne sommes pas les seuls ; cela concerne l’ensemble des industriels du secteur. »

Résultat : la part des quotas d’HFC disponibles est en croissance. Selon le rapport, la taille actuelle de la réserve représente environ sept fois la quantité de ces équipements importés en 2020, soit 111 % de la quantité maximale d’HFC de l’UE en 2021. L’explication, là aussi, est mécanique : les quotas n’ayant pas été entièrement nécessaires pour couvrir la demande, la réserve d’autorisations de quotas éligibles pour couvrir les importations d’équipements de réfrigération, de climatisation et de PAC dans le cadre de la réduction progressive des HFC, augmente.

Objectif : des fluides encore plus verts

Ces bons résultats s’expliquent donc en partie par l’anticipation des industriels. Rappelons que le règlement européen F-Gaz et la Directive européenne ErP, qui imposent de réduire le GWP (Global Warming Power) – ou Potentiel de réchauffement globale en français (PRG) – des fluides utilisés dans les installations de froid et de climatisation, interdisent le gaz réfrigérant R410A en 2025*. Or, aujourd’hui, la grande majorité des systèmes fonctionnent avec du gaz R32 : « C’est un bon signe envoyé par la profession », se félicite Vincent Loubéjac.

L’adaptation n’est pas terminée, la profession étant dans l’attente de la prochaine réglementation F-gaz qui orientera sur d’autres fluides encore plus vertueux à partir de 2025 : « Nous savions que le R32 était transitoire. D’ores et déjà, nous travaillons à son remplacement, ce qui demande un gros effort de R&D. » En effet, avec la précédente échéance, le R32 existait déjà ; pour la prochaine, tout reste à faire. Pour Vincent Loubéjac, c’est un beau défi à relever : « Nous allons devoir trouver des fluides qui répondent à toutes les attentes, environnementale, efficacité et sécurité. Dans le résidentiel, nous avons déjà un candidat potentiel : le propane. »

*Le gaz R410A sera plus précisément interdit à partir de 2025 pour les produits chargés avec moins de 3kg de fluide. Les produits chargés avec plus de 3kg de fluide R410A seront encore commercialisés pour certaines installations tertiaires.

Stéphane Miget © AdC – L’Agence de Contenu