Protocole ventilation RE2020 : stop aux installations non-conformes

La RE2020, entrée en vigueur le 1er janvier 2022 pour les bâtiments d’habitation, instaure un protocole de contrôle des systèmes de ventilation dans les logements individuels et collectifs. Zied Lassoued, Ingénieur et Chef de projet à l’UMGCCP, membre de l’Association Française de Ventilation, revient sur cette évolution très attendue.

Réduire les installations non-conformes

Après plusieurs reports, la nouvelle RE2020 s’applique désormais aux logements neufs. Pour les permis de construire déposés depuis le 1er janvier 2022, une obligation de contrôle des installations de ventilation est désormais fixée. A la fin de chaque chantier, le protocole RE2020 doit être appliqué pour s’assurer que l’installation a été correctement faite : pré-inspection documentaire afin de vérifier la cohérence du système, contrôles visuels, mesures de pression ou débit, vérifications sur l’état des bouches et entrées d’air…

Une évolution en adéquation avec les attentes des professionnels du secteur. « L’Etat nous a entendu. En 2018, dans le cadre du contrôle du respect des règles de construction (CRC) réalisé par les services de l’Etat, il a été établi que près de 70% des opérations de construction neuves en résidentiel présentaient au moins un défaut sur le système de ventilation », souligne Zied Lassoued, membre de l’Union des Métiers du Génie Climatique, de la couverture et de la plomberie (UMGCCP-FFB) et de l’Association Française de Ventilation. « Cette même année 2018, nous avons sorti le livre blanc de la ventilation. Les fabricants, fournisseurs, installateurs et bureaux de contrôle se sont entendus sur la nécessité d’une attestation de contrôle en fin de chantier. Il est impératif de vérifier les pressions et les débits en ventilation pour que les installations soient conformes à la règlementation et notamment à l’arrêté du 24 mars 1982, qui indique tous les débits à respecter dans les locaux d’habitation. La pandémie a sensibilisé à la question de la qualité de l’air intérieur. Or, une bonne qualité d’air intérieur ne peut être atteinte sans ventilation. »

Protocole RE2020 : faire simple pour faire mieux

Un premier protocole « Promevent » a été instauré en 2016. « Les installateurs rencontraient des problèmes pour l’appliquer. L’objectif du nouveau protocole RE2020 était de proposer une version simplifiée et plus accessible », explique Zied Lassoued. L’attestation peut aujourd’hui être délivrée par un organisme de contrôle ou par l’installateur lui-même, s’il a été formé. « Au sein de l’Association Française de Ventilation, notre commission formation met en place des outils pour inciter les installateurs à se former mais aussi pour encourager les clients à solliciter des professionnels formésA terme, l’objectif est de réduire au maximum le nombre d’anomalies dans les installations comme cela a été le cas avec la filière gaz. La mise en place des attestations de conformité a permis de ramener le taux d’anomalies à 2%. C’est notre objectif en ventilation. »

Atlantic, des formations pour accompagner les professionnels

Le contrôle des installations de ventilation doit être réalisé par un vérificateur agréé. « Pour accompagner les installateurs, Atlantic propose 4 formations ciblées sur les produits en ventilation, dans l’habitat individuel ou en logements collectif. Une dizaine de sessions sont organisées chaque années et suivies par une cinquantaine d’installateurs qui renforcent ainsi leurs compétences dans l’installation, la mise en œuvre et l’entretien de nos solutions de ventilation (VMC simple ou double flux) », explique Léonard Besson, animateur, concepteur des formations et chargé d’ingénierie en ventilation chez Atlantic. « En 2022, nous nous adapterons davantage aux contraintes de nos clients en proposant des prestations de montée en compétences sur chantiers et en renforçant nos modules de formation digitaux. Et dans le cadre de la mise en place de la RE2020, Atlantic proposera aussi courant 2022 la formation qualifiante, suivie d’un examen, qui permettra aux candidats d’être agréés pour réaliser le contrôle des installations de ventilation ».

Noëlle Hermal © AdC – L’Agence de Contenu